Huawei se tourne vers la justice américaine

Huawei se tourne vers la justice américaine

Mercredi 29 mai, le géant chinois Huawei a annoncé qu’il avait demandé à un tribunal américain d’annuler la décision « tyrannique » de Washington d’interdire aux administrations fédérales d’acheter ses équipements.

« Indépendance et intégrité du système judiciaire américain »

L’annonce de l’entreprise chinoise de saisir la justice américaine survient juste après une attaque de Washington la visant directement. En effet, l’administration Trump vient de placer Huawei sur une liste noire de sociétés suspectes, auxquelles les entreprises américaines ne seront plus autorisées à vendre des équipements technologiques.

Toutefois, cette attaque, qui menace la survie même du géant de Shenzhen, n’est pas concernée par l’action en justice engagée le 29 mai. Celle-ci concerne en fait une mesure antérieure de Washington, qui consiste en « l’interdiction faite aux administrations fédérales américaines d’acheter ses équipements et services (de Huawei), ou de travailler avec des compagnies tierces qui sont ses clientes ».

« Cette façon de faire consistant à utiliser la législation au lieu de juger est un acte tyrannique et est explicitement interdite par la Constitution américaine », a rappelé Song Liuping, responsable juridique de Huawei, après avoir publiquement dénoncé « la volonté évidente de l’administration Trump de chasser Huawei du marché américain».

« Le système judiciaire est le dernier recours pour obtenir justice. Huawei a confiance dans l’indépendance et l’intégrité du système judiciaire américain », a ensuite clamé monsieur Song.

Pas une première

Cette action en justice n’est pas une première pour le groupe, qui a déjà déposé une plainte en mars, au Texas, contre cette loi d’interdiction.

Huawei estimait alors que le Congrès des Etats-Unis n’avait jamais pu justifier les restrictions « anticonstitutionnelles » qu’il avait prises à son encontre, et que « le gouvernement américain n’avait fourni aucune preuve montrant que Huawei représentait une menace pour la sécurité ». « Il n’y a ni arme, ni fumée. Uniquement des suppositions », avait déclaré Song Liuping.

 

Etienne Toussaint a un Master d'Economie. Il est journaliste pour différents médias en ligne. Il est rédacteur pour Confluences.

Laisser un commentaire

Brèves

Nouvelle tendance : copropriétaire d’un paquebot de luxe 

Plusieurs centaines de particuliers ont décidé d’acheter un appartement ou une chambre dans le navire The World. Ils font désormais le ...

Brèves

Un chèque alimentaire contre l’inflation

La nouvelle porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, a confirmé mercredi 29 juin la création d’une « aide alimentaire d’urgence » ...