Le burger vegan, Beyond Meat, fait son entrée en bourse

Le burger vegan, Beyond Meat, fait son entrée en bourse

Lors de sa première cotation sur le Nasdaq (National Association of Securities Dealers Automated Quotations), jeudi 2 mai, la start-up spécialisée dans le substitut végétal à la viande a vu son action bondir de 163 %. A la clôture de la Bourse new-yorkaise, elle était valorisée 3,8 milliards de dollars (3,4 milliards d’euros).

Affaire juteuse

Cette valorisation boursière peut laisser songeur, car Beyond Meat n’a toujours pas gagné d’argent. La start-up a affiché une perte de près de 30 millions de dollars en 2018, pour un chiffre d’affaires de 88 millions de dollars.

Mais l’affaire reste néanmoins très juteuse pour le fondateur de Beyond Meat, Ethan Brown, qui a su attirer, très tôt, du beau monde à sa table. Des personnalités telles Bill Gates, créateur de Microsoft, ou Leonardo DiCaprio ont souhaité participer à l’aventure, et ont donné un bon coup de pouce médiatique à l’enseigne.

Initialement tournée vers le substitut végétal de poulet, Beyond Meat s’est repositionnée sur le marché bien plus porteur du burger vegan. Son produit, un savant mélange de pois, de pommes de terre, et d’huile de coco assorti d’une dose de jus de betterave, pour imiter le sang coulant lors de la cuisson, est disponible en grande surface et dans de nombreuses chaînes de burgers.

Burgers du futur

Toutefois, Beyond Meat est loin d’être seule en lice sur le marché du burger vegan. Parmi ses concurrents, on peut citer la société britannique Moving Mountain avec son B12 Burger 100 % végétal, ou encore Nestlé, avec son burger vegan Garden Gourmet.

L’américain Impossible Foods a même voulu aller plus loin, en ajoutant du « sang de synthèse » à ses burgers, de l’hème, fabriqué à partir de soja et de levure modifiée génétiquement. Cet ingrédient miracle garnira son nouveau burger, l’Impossible Whopper, que l’enseigne commercialisera prochainement, en partenariat avec Google et Burger King.

Enfin, des société encore plus futuristes, tels l’américain Memphis Meats ou l’israélien Future Meat Technologies, étudient la possibilité de cultiver des cellules musculaires animales pour fabriquer un équivalent de viande en laboratoire, la Clean Meat.


Laisser un commentaire

Brèves

Une navette autonome pour Carrefour 

Lundi 5 décembre, Carrefour a dévoilé sur le parvis de l’École polytechnique sa première « drive mobile », un camion ...

Brèves

Les ruptures de stock ne font que commencer

Suite à la guerre en Ukraine, les premières ruptures de stock sont apparues dans les rayons, et selon les professionnels ...