Trêve entre les opérateurs téléphoniques français

Trêve entre les opérateurs téléphoniques français

Alors qu’en 2018 Free offrait des forfaits mobiles à 1 euro par mois pendant un an, et que SFR comme Bouygues Telecom commercialisaient des abonnements à vie pour 5 euros par mois, depuis 2019, toutes ces offres alléchantes ont disparu. « Il y a eu une certaine prise de conscience et donc une accalmie tarifaire », explique Thomas Coudry, analyste chez Bryan Garnier.

Retour à la raison

La fureur commerciale qui s’est emparée du marché des télécoms en 2018 a gravement dégradé la situation financière des opérateurs, avant qu’ils ne reviennent à la raison, début 2019. Au premier trimestre, leur situation commence déjà à s’améliorer.

Bouygues Telecom, qui gagne des clients dans le fixe et le mobile sans sacrifier ses prix, est l’opérateur qui s’en sort le mieux, avec un chiffre d’affaires progressant de 13,3 %, à 1,45 milliard d’euros.

Altice, le propriétaire de SFR, commence aussi à remonter la pente. Malgré l’abandon des offres à 5 euros, « Altice a pris des parts de marché à Orange et Iliad pour le cinquième trimestre consécutif », révèlent les analystes de CreditSights.

Pour Free aussi, les résultats sont encourageants, avec une hausse des ventes de 0,2 %. « Les résultats sont encourageants même s’il est trop tôt pour crier victoire », estime Thomas Coudry.

Orange, en revanche, voit son chiffre d’affaires décliner de 1,8 %, à 4,4 milliards d’euros au premier trimestre, en majeure partie à cause des offres low cost Sosh, qui ont amoindri les revenus. Mais Orange reste quand même « le mieux placé pour affronter les difficiles conditions du marché français », estime CreditSights.

Difficile ménage à quatre

La tendance actuelle montre que la cohabitation à quatre est possible, mais elle l’est uniquement car chaque opérateur à ses points faibles.

Free, en raison de la mauvaise qualité de son réseau, perd des abonnés dans le mobile et dans le fixe, Bouygues Telecom, à cause de ses moyens limités, peine à se lancer dans la course à la fibre et à la 5G, et Altice, pour sa part, supporte toujours une dette de 30 milliards d’euros.

Mais « dès qu’il y aura un décalage dans les parts de marché, la guerre des prix repartira », prévient Sylvain Chevallier, de BearingPoint.

Laisser un commentaire

Brèves

Parking et caves sont devenus des mines d’or

Les logements étant de plus en plus difficiles à acheter, les investisseurs se sont tournés vers les caves et les ...

Brèves

La bourse de Paris détrône la City 

Lundi 14 novembre, l’agence Bloomberg a annoncé que la Bourse de Paris avait détrôné celle de Londres en capitalisation. La ...