Les auteurs veulent une rémunération plus juste

Les auteurs veulent une rémunération plus juste

Mardi 4 juin, lors des Etats généraux du livre se tenant à la Maison de la poésie à Paris, le Conseil permanent des écrivains a réclamé que le montant minimum de droits d’auteur soit fixé à 10 %.

Les écrivains dénoncent le fait que « celui qui crée l’œuvre et qui apporte la valeur intrinsèque du livre, c’est-à-dire l’auteur, soit celui qui touche le moins ». Selon un rapport d’Hervé Gaymard publié en 2009, l’auteur n’obtiendrait, en moyenne, que 8 % du prix public d’un ouvrage, alors que le fabricant touche 15 %, le distributeur 20 %, l’éditeur 21 % et le libraire 36 %.

Exemple allemand

« Il faut une médiation du ministère de la Culture, sinon on n’y arrivera jamais », assure Marie Sellier, présidente de la Société des Gens de Lettres (SDGL). « Nous avons déjà essayé par le biais d’une négociation interprofessionnelle, mais les éditeurs estiment que ce n’est pas possible, faute d’être soupçonnés d’entente. »

Pourtant, en Allemagne, cela existe et fonctionne, et ce depuis 2015, explique madame Sellier. La loi fédérale sur le droit d’auteur de 1965 a été modifiée par l’introduction d’un droit à une rémunération équitable pour les auteurs, qui prévoyait la négociation d’un accord professionnel destiné à en fixer les barèmes. Cet accord a donc été signé entre le syndicat des auteurs allemands et la plupart des maisons d’édition, pour fixer la rémunération des auteurs à 10 % du prix du livre vendu.

« De moins en moins nombreux à vivre de leur plume »

Olivia Guillon, maître de conférences en économie à l’université Paris-XIII, déclare avoir constaté « une fragilisation de la situation économique des auteurs sur une période longue, depuis des années, même des décennies ». Pour elle, « la moyenne des revenus des auteurs baisse et ils sont de moins en moins nombreux à vivre de leur plume ».

Toutefois, madame Guillon précise que la mauvaise situation des auteurs n’est pas uniquement liée à cette question de revenu minimum. D’autres facteurs sont à considérer, comme, par exemple, « la fragilisation de la monétisation de la valeur avec le livre numérique ou la baisse du marché de l’édition ».

L’universitaire rappelle aussi que « le livre fait partie des secteurs dominés par l’aval : c’est la distribution qui en est le maître du jeu et dicte à l’amont, donc aux fournisseurs de contenus, des relations contractuelles qui ne sont pas à leur avantage ».

Laisser un commentaire

Brèves

Les chaînes de télé ressemblent de plus en plus aux plateformes de streaming

Pour rivaliser avec les géants américains du streaming (Netflix, Prime Vidéo, Disney+, Apple TV), les chaînes de télé françaises (Arte, ...

Business

La grande distribution ne capitule pas devant l’inflation

Bien que Leclerc reste le leader incontesté de la grande distribution grâce à sa très élaborée stratégie de communication, ses ...