Menace de grève chez les pompiers

Menace de grève chez les pompiers

Dimanche 23 juin, sept syndicats de pompiers, représentant 85  % de la profession, ont déposé un préavis de grève du 26  juin au 31  août. Les soldats du feu réclament davantage de moyens face à l’augmentation de leurs interventions.

«  Projets néfastes du gouvernement  »

Les syndicats ont adressé un courrier mercredi 19 juin au ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, pour dénoncer «  un déni de dialogue social  »  et  «  les politiques et projets néfastes du gouvernement  ». 
Dans cette lettre, les pompiers exprimaient plusieurs de leurs revendications, parmi lesquelles le retrait du projet de loi de transformation de la fonction publique, la revalorisation de la prime de feu à hauteur des autres métiers à risque, et  «  le recrutement massif d’emplois statutaires  ».

André Goretti, président de la fédération autonome des sapeurs-pompiers professionnels et des personnels administratifs techniques des SDIS de France (FA/SPP-PATS), premier syndicat du secteur, déplore un « profond malaise au sein de la profession ». « Nous devons répondre à une sur-sollicitation avec de moins en moins d’effectifs et de moyens. Nous assumons de plus en plus de missions qui ne relèvent pas de nos compétences, à cause des manquements des services de l’Etat. »

«  Il ne relève pas des sapeurs-pompiers de faire tout et n’importe quoi  »

« Notre service public de secours français est malade. Malade d’un manque d’effectif, malade d’un manque de moyens, malade de réponses inadaptées et d’une sur-sollicitation aux carences induites par les services de l’Etat » , vocifère André Goretti. « Il ne relève pas des sapeurs-pompiers de faire tout et n’importe quoi. Lorsque le Samu n’est pas en capacité de diligenter un médecin à domicile, c’est plus facile pour eux d’appuyer sur le petit bouton. Donc on arrive à domicile, les gens n’attendent pas les pompiers. Ils veulent être visités par un médecin ».

Le syndicaliste rappelle aussi qu’à ces manques de moyens s’ajoutent « de plus en plus de violences verbales et parfois physiques », commises le plus souvent par des personnes en état d’ivresse publique et manifeste (IPM). Or, «  ce n’est pas à un pompier de faire l’ivresse sur la voie publique. C’est un délit. C’est aux forces de police d’agir » , martèle-t-il encore.

Etienne Toussaint a un Master d'Economie. Il est journaliste pour différents médias en ligne. Il est rédacteur pour Confluences.

Laisser un commentaire

Brèves

Les chaînes de télé ressemblent de plus en plus aux plateformes de streaming

Pour rivaliser avec les géants américains du streaming (Netflix, Prime Vidéo, Disney+, Apple TV), les chaînes de télé françaises (Arte, ...

Brèves

Les Français prêts à réduire leur consommation d’énergie 

En raison de la guerre du gaz entrainée par le conflit en Ukraine, les Français vont certainement devoir réduire leur ...