En France, plus faible niveau de chômage depuis 10 ans

En France, plus faible niveau de chômage depuis 10 ans

Mercredi 14  août, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié des chiffres révélant que le niveau de chômage a baissé de 0,2 point par rapport au début de l’année. Le rapport fait état d’un taux à 8,5 % de la population active au deuxième trimestre.

Plusieurs améliorations 

Des progrès sont observés parmi toutes les composantes de l’emploi, que ce soit l’âge des employés, la période du chômage, ou le type de contrat d’embauche concerné. 

L’Insee note, par exemple, que toutes les classes d’âge profitent de cette tendance, mais que ce sont les jeunes qui enregistrent la plus forte baisse de chômage. Leur taux a en effet baissé de 0,6 point sur le deuxième trimestre, contre une baisse de 0,2 point pour les personnes âgées de 25 à 49  ans, et de 0,7 point pour les plus de 50  ans.

Pour les chômeurs longue durée, l’Insee constate une baisse de 0,1  point au printemps et de 0,4 point sur un an. Toutefois, plus de 900 000 personnes cherchent toujours un emploi depuis au moins un an.

En ce qui concerne les contrats d’embauche, l’Insee note une progression du taux d’emploi en contrat à  durée indéterminée (CDI), et une décrue des CDD et de l’intérim. Il en va de même pour le temps complet, qui a progressé de 0,2 point au printemps, alors que le temps partiel a reculé de 0,3 point.  

Scepticisme de l’opposition 

Le député «  La France insoumise  » de Seine-Saint-Denis, Eric Coquerel, dénonce un subterfuge par lequel le gouvernement dissimulerait un «  halo autour du chômage  » grâce à cette baisse du chômage.  Selon le député, la baisse de 66 000 chômeurs dissimulerait en effet une hausse de 63 000 personnes qui souhaitent un emploi, mais qui ne sont pas considérées comme chômeurs, car elles ne cherchent pas activement ou ne sont pas suffisamment disponibles. 

Le député «  Les Républicains  » du Lot, Aurélien Pradié, a, quant à lui, reconnu que  «  toute baisse du chômage est une bonne nouvelle  », avant d’émettre, bien sûr, plusieurs réserves. «  On constate une précarisation de l’emploi, un turn-over toujours plus important, des périodes de formation qui augmentent sans garantie de trouver du travail, ou l’explosion des ruptures conventionnelles dans des conditions parfois douteuses » , a-t-il déploré, dénonçant ensuite «  une libéralisation du marché de l’emploi à la Uber, qui est une bonne nouvelle statistique, mais une mauvaise nouvelle pour les métiers  ».

Etienne Toussaint a un Master d'Economie. Il est journaliste pour différents médias en ligne. Il est rédacteur pour Confluences.

Laisser un commentaire

Brèves

Une navette autonome pour Carrefour 

Lundi 5 décembre, Carrefour a dévoilé sur le parvis de l’École polytechnique sa première « drive mobile », un camion ...

Brèves

Les ruptures de stock ne font que commencer

Suite à la guerre en Ukraine, les premières ruptures de stock sont apparues dans les rayons, et selon les professionnels ...