L’Inde et la Russie vont produire un hélicoptère ensemble

L’Inde et la Russie vont produire un hélicoptère ensemble

Jeudi 5 septembre, un prototype du Ka-226T, l’hélicoptère russe prochainement fabriqué en Inde,  sera présenté au forum de Vladivostok. C’est un pas de plus pour Moscou et New Delhi qui, après avoir multiplié les rapprochements politiques et les échanges dans l’énergie, passent au transfert de technologies.

Modernisation de l’usine russe

«  On espère la signature finale du contrat d’ici à la fin de l’année  », s’impatiente Leonid Belikh, directeur de l’usine d’Hélicoptères de Russie de la ville sibérienne d’Oulan-Oude, située proche du lac Baïkal. Monsieur Belikh compte en effet sur ce projet pour ressusciter son établissement, un vaste complexe hérité de l’URSS et spécialisé dans la construction des Mi-8. «  En cinq ans, nous avons investi 8  milliards de roubles (près de 110  millions d’euros) pour de nouveaux ateliers de peinture et de logistique, dont près d’un milliard pour le projet indien. Dix autres milliards sont prévus d’ici cinq ans  », précise le directeur. 

Dans l’usine d’Oulan-Oude, la ligne du Ka-226T se met donc doucement en place, les employés s’affairant dans un surprenant décor rose fuchsia. «  La couleur préférée des Indiens  !  », selon Sergueï Solomine, ingénieur en chef de l’usine.

Lenteur indienne

Or monsieur Solomine, comme le directeur monsieur Belikh, s’impatiente. «  Ils prennent leur temps. Sans doute parce qu’ils croient en la réincarnation et à la vie éternelle  », ironise-t-il.

Mais la lenteur indienne est toute calculée, et s’explique par la volonté de New Delhi d’inscrire ce projet dans son programme «  made in India  ». En effet, parmi les 200 appareils mentionnés dans l’accord, soixante seront fabriqués en Russie et cent quarante en Inde, et concernant la construction de ces derniers, de nombreux paramètres doivent encore être précisés, concernant les dates, ou l’ampleur du transfert de technologies entre ingénieurs russes et indiens.

Touche française 

Toutefois, que les hélicoptères soient conçus à Oulan-Oude ou à Bangalore une chose est sûre, leur moteur viendra de France, et plus précisément de l’usine Safran située près de Pau. Le géant russe Hélicoptères de Russie s’est en effet tourné vers le français Safran pour faciliter l’export de ses appareils à l’étranger, une entreprise déjà très présente dans l’aéronautique russe.

Laisser un commentaire

Brèves

L’État va aider les discothèques

Vendredi 24 juillet, le ministre délégué aux PME, Alain Griset, a annoncé des aides financières pour les discothèques, avant de ...

Brèves

Macron veut relancer le ferroviaire

Lors de son entretien du 14 juillet, le président de la République a déclaré vouloir «  redévelopper le fret ferroviaire ...