Tourisme : la nouvelle corne d’abondance de la Côte d’ivoire ?

Tourisme : la nouvelle corne d’abondance de la Côte d’ivoire ?

L’industrie touristique et hôtelière devrait être le troisième pôle de développement du pays d’ici 2025.

La Côte d’Ivoire vient de faire un pas de plus dans la consolidation de sa stratégie de développement du secteur touristique. Le pays a en effet mobilisé cinq milliards de dollars (2 500 milliards de francs CFA) auprès d’investisseurs arabes pour son programme « Sublime Côte d’Ivoire ».

« La table ronde des bailleurs à Dubaï les 20 et 21 octobre […] a marqué son intérêt pour la destination ivoirienne », s’est félicité le ministère du Tourisme dans un communiqué. Selon les informations de l’agence Ecofin, le montant annoncé est « largement supérieur » à l’objectif initial du gouvernement, qui visait à mobiliser 2,8 milliards de dollars (1 700 milliards de francs CFA) d’investissements directs étrangers dans le secteur touristique ivoirien.

IHC Tourism, les groupes Paris Inn, CSEC, China Railway, Al Deaffah, Express Line, Yenigun, Shapoorji Pallonji, la Financière des Oliviers ou encore Sino Worldwilde Investment comptent parmi les principaux futurs investisseurs, séduits par la redoutable « offensive de charme » menée par la délégation ivoirienne, dont faisaient partie l’ex-attaquant international Didier Drogba et le célèbre chanteur Salif Traoré, dit A’Salfo, leader du groupe Magic System.

Mais les ambitieux objectifs du pays ont sans doute contribué à attirer l’attention des investisseurs réunis à Dubaï. Lancée en mai 2018, la stratégie « Sublime Côte d’Ivoire » vise à faire de l’industrie touristique et hôtelière le troisième pôle de développement ivoirien.

Classée troisième pays d’Afrique en tourisme d’affaires derrière le Nigeria et le Maroc, la Côte d’Ivoire souhaite développer le tourisme de loisirs durable et doubler la valeur absolue du secteur dans les six prochaines années.

La Côte d’Ivoire, « locomotive de toute la sous-région »

« Notre ambition, c’est de devenir d’ici à 2025 la cinquième destination touristique africaine et peser 12 % du PIB contre 5,5 % actuellement […], soit un poids de 300 milliards de francs CFA (457 millions d’euros), et créer 365 000 emplois contre 270 000 générés en 2015 », avait déclaré le ministre ivoirien du Tourisme, Siandou Fofana, lors du lancement du programme.

Le coût de ce dernier est estimé à 3 200 milliards de francs CFA (4,8 milliards d’euros) sur sept ans. Environ 1 500 milliards de francs CFA (2,3 milliards d’euros) seront consentis par l’État ivoirien et le reste par des investisseurs privés.

Transversale, la stratégie ivoirienne de développement touristique entend développer des infrastructures, générer des emplois et contribuer au développement des territoires en région hors de la capitale économique du pays, Abidjan. Le gouvernement estime à 650 000 le nombre d’emplois qualifiés et non délocalisables que sa stratégie touristique permettra de créer d’ici à 2025.

Le programme « Sublime Côte d’Ivoire » se veut également « intégrateur » en faisant de la destination ivoirienne « la locomotive de toute la sous-région », selon Jean-Gustave Sanon, représentant-résident de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest (Uemoa). Cette dernière a d’ailleurs accepté de « parrainer » le programme afin de faciliter la captation de financements à l’international.

Un objectif manifestement prioritaire pour le ministre ivoirien du Tourisme, qui a également obtenu l’engagement du fonds sud-africain Investment Fund Africa (IFA).

Consolider la croissance et diversifier l’économie

Siandou Fofana et le PDG de l’IFA ont en effet signé, en février dernier, une convention pour la réalisation du plan stratégique ivoirien. « Il appartiendra au fonds sud-africain, dans le cadre de ce projet, le recours à des fonds additionnels et autres mobilisations, la mise à disposition de son réseau pour mettre en lumière et déployer tout le potentiel touristique ivoirien, en vue de la réalisation de Sublime Côte d’Ivoire », a précisé M. Fofana.

Le secteur touristique ivoirien enregistre une forte croissance depuis 2014. Il a contribué au PIB à hauteur de 7,5 % en 2016 et devrait afficher une progression moyenne de 5,4 % chaque année jusqu’en 2026.

D’après les chiffres de l’agence panafricaine de voyages Jumia Travel, le nombre de touristes en Côte d’Ivoire est passé de 3 millions en 2016 à 3,475 millions en 2017, soit une progression de 12,7 %. Le ministère table quant à lui sur 4,2 à 5 millions de visiteurs avant la fin de son plan stratégique.

La croissance et l’attractivité du secteur touristique suivent la tendance générale de l’économie ivoirienne. Le PIB du pays a en effet enregistré une croissance de 7,4 % en 2018, contre 2,5 % en moyenne pour l’Afrique de l’Ouest. Les investissements directs étrangers (IDE) ont de leur côté progressé de 17 % entre 2016 et 2017, passant de 577 à 675 millions de dollars, soit 0,04 % des IDE dans le monde. Sur la même période, les flux mondiaux d’IDE à destination de l’Afrique ont reculé de 21 %, à 42 milliards de dollars.

L’industrie touristique et hôtelière devrait ainsi permettre à la Côte d’Ivoire de poursuive la forte croissance qu’elle connaît depuis l’arrivée d’Alassane Ouattara à la tête de l’État. Le tout en contribuant à la diversification de la structure économique du pays.

Laisser un commentaire

À la une

La propagation du Covid-19 aggrave la malnutrition à l’échelle mondiale

Le pire est à craindre dans les pays du Sud, alerte l’ONU, qui évoque un « contexte d’insécurité alimentaire aiguë ...

À la une

Apple contre Bruxelles : un partout, balle au centre

Un camouflet pour Bruxelles. La Commission désavouée. Victoire judiciaire éclatante pour Apple.  Les médias ont choisi de traiter sous l’angle ...