Lubrizol s’engage à indemniser 453 agriculteurs

Lubrizol s’engage à indemniser 453 agriculteurs

Un fonds de solidarité de 50 millions d’euros a été créé par l’entreprise Lubrizol. En attendant sa mise en place, la région Normandie accorde une avance de trésorerie de 5 millions.

 

C’est un « drame économique, mais c’est aussi un drame humain », selon le mot du ministre de l’Agriculture et de l’alimentation, Didier Guillaume. L’incendie de l’usine de Lubrizol a en effet causé aux agriculteurs un préjudice global estimé « entre 40 et 50 millions » d’euros, selon les estimations du ministère.

« Les agriculteurs touchés par cette pollution [liée à l’incendie de Lubrizol] sont des victimes. Vous serez indemnisés comme des victimes. Les coupables seront condamnés et l’État vous accompagnera », avait promis le ministre afin de rassurer les agriculteurs, dont une trentaine ont déversé du lait devant la préfecture de Seine-Maritime pour protester contre la consignation de leur produit.

C’est dans ce contexte que Lubrizol a annoncé, vendredi 11 octobre, la création d’un fonds de solidarité, abondé à hauteur de 50 millions d’euros. Il devrait permettre de couvrir les pertes subies par tous les agriculteurs et les autres acteurs non agricoles touchés. « C’est une première enveloppe estimative basée sur nos évaluations des pertes des agriculteurs », a expliqué au Figaro Joël Limouzin, président du Fonds de mutualisation du risque sanitaire et environnemental (FMSE).  « Si des estimations plus précises s’avèrent supérieures, les sommes allouées à ce fonds augmenteront », a-t-il ajouté.

La société Lubrizol s’est engagée à indemniser 453 éleveurs des six départements (Seine-Maritime, Oise, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Nord) concernés par les interdictions préfectorales de produire du lait. Joël Limouzin estime à 3 800 le nombre d’exploitations potentiellement concernées par une indemnisation.

Alors que le préfet de Normandie a annoncé, lundi 14 octobre, la levée des mesures de restriction sur la collecte de lait, sur les produits laitiers et sur l’accès des animaux aux pâturages, Hervé Morin, président du conseil régional, a estimé à 10 000 euros le manque à gagner pour chacune des 500 exploitations laitières de la région.

La région Normandie a voté une avance de trésorerie de 5 millions d’euros, « le temps que l’État ou Lubrizol mettent en place leurs fonds », a expliqué Hervé Morin sur LCI. « Ce n’est pas au contribuable normand de payer cette avance de trésorerie, mais nous devons faire en sorte que les producteurs puissent avoir l’oxygène nécessaire pour tenir » face à un État qui « ne tient pas ses engagements », a dénoncé M. Morin.

Laisser un commentaire

Brèves

Le métavers est sorti de l’oeuf trop tôt

L’euphorie ayant entourée le métavers depuis près d’un an commence à s’essouffler, et les investisseurs précoces font désormais preuve de ...

Brèves

Les cigarettiers s’en sortent toujours

Les réglementations ne cessent de se durcir, et les ventes de cigarettes en pâtissent, mais les finances des grands groupes ...