L’OMC autorise Trump à taxer les importations de quatre pays européens

L’OMC autorise Trump à taxer les importations de quatre pays européens

Mercredi 2  octobre, l’Organisation mondiale du commerce a autorisé les Etats-Unis à imposer des droits de douane de 7,5  milliards de dollars (6,9  milliards d’euros) sur les importations de quatre pays européens ayant aidé illégalement Airbus ( la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Espagne). Ces taxes s’élèveront à 10 % pour les avions, contre 25 % sur de nombreux produits agricoles et industriels.

Préserver l’industrie aéronautique

«  Nous continuons de penser que même si Washington y est autorisé par l’organe de règlement des différends, choisir d’imposer des sanctions maintenant serait contre-productif et de courte vue  »,  a déclaré la commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmström. 

«  Nous souhaitons faire redescendre les tensions et éviter des sanctions tarifaires qui ne feront que nuire à nos deux économies, au moment où la Chine renforce son industrie aéronautique. Mais s’ils choisissent d’imposer des sanctions, ce serait une erreur économique et politique. Nous serons prêts avec nos partenaires européens à y répondre de façon ferme », a, pour sa part, menacé Bruno Le Maire, le ministre français de l’économie et des finances. Car les Etats-Unis ayant eux aussi aidé illégalement leur industrie aéronautique, en octroyant des crédits d’impôt à Boeing, l’OMC fixera prochainement le montant des sanctions que l’Europe pourra, à son tour, imposer aux importations américaines.

Les Etats-Unis et l’UE avaient jusqu’à maintenant éviter de s’engager sur ce terrain glissant, pour ne pas perturber l’équilibre du duopole aéronautique transatlantique. Celui-ci pourrait en effet perdre l’avance qu’il a sur la Russie et la Chine, qui subventionnent eux aussi massivement, et illégalement, leur industrie aéronautique.  

Répercussion sur les autres secteurs

Puisqu’ils limitent leurs sanctions contre l’industrie aéronautique européenne, les Etats-Unis ont décidé de taxer d’autres secteurs. En tête de liste de Trump se trouve l’industrie automobile allemande, qui n’est actuellement taxée qu’à 2,5 %, contre 10 % pour les voitures américaines exportés en Europe.

Et sur la liste des nouveaux produits européens taxés à 25  % figurent le vin français, l’huile d’olive espagnole, le whisky écossais, les machines allemandes et le fromage européen en général. 

Laisser un commentaire

À la une

Veolia — Suez : le projet de fusion irrite

Près de 330 ans d’existence et de croissance à deux pour construire ce qui s’appelle encore aujourd’hui « l’école française de ...

Brèves

Leclerc résiste bien à la crise

Le groupe ne devrait pas avoir besoin de plans sociaux, et prévoit même de reverser des primes importantes à ses ...