Un plan d’urgence « massif » pour l’hôpital public

Un plan d’urgence « massif » pour l’hôpital public

Face à la gronde du personnel hospitalier, le Premier ministre et la ministre de la Santé ont dévoilé ce mercredi un plan d’urgence pour l’hôpital abondamment doté mais qui laisse sur leur faim les principaux concernés.  

Après dix mois de crise dans les hôpitaux publics, le président Macron avait promis des « décisions fortes ». Edouard Philippe et Agnès Buzyn ont présenté mercredi matin une série de mesures censées répondre aux nombreuses lacunes pointées par les professionnels. Objectif avoué : « redonner de l’oxygène à la communauté des soignants ». Objectif inavoué : éviter que ses membres ne se joignent à la coalition des mécontents qui effraie le gouvernement à quelques semaines de la grève du 5 décembre. 

L’accent mis sur les moyens financiers 

Pour ce faire, le gouvernement n’a pas hésité à mettre la main à la poche. Pour Le Monde, Edouard Philippe a même « ouvert les vannes pour sortir de la crise ». D’abord en allouant 1,5 milliards supplémentaires à l’hôpital sur les trois prochaines années. Puis en annonçant la reprise par l’Etat de 10 milliards d’euros de la dette des hôpitaux publics, soit un tiers de la dette totale du secteur, là aussi étalée sur trois ans. Mesure présentée comme la seule solution pour renouer avec un investissement contraint par la dette contractée ces dernières années. 

Le gouvernement s’est également montré sensible aux demandes de revalorisation individuelles en actant plusieurs hausse de primes. C’est le cas notamment pour les 40 000 infirmiers et aides-soignants de la région parisienne payés moins de 1 900 euros qui éprouvent des difficultés à se loger du fait de la hausse des prix de l’immobilier. Une prime annuelle de 800 euros leur sera accordée « de façon pérenne ». 

Outre les « moyens considérables » dégagés pour calmer la colère des professionnels de la santé, Agnès Buzin a annoncé une série d’ajustements destinés à donner davantage de pouvoir et d’autonomie aux médecins. En attendant une possible réforme en profondeur du système public hospitalier, suspendue aux conclusions d’un rapport commandé au professeur Olivier Clarisse pour le premier trimestre 2020.

Accueil mitigé des personnels de l’hôpital public

Nul doute que ces mesures seront critiquées par les gardiens de l’orthodoxie budgétaire, qui voient s’envoler toutes les promesses de rééquilibrage des comptes depuis la crise des gilets jaunes. Elles sont pourtant jugées insuffisantes par la plupart des représentants du secteur hospitalier entendus dans les médias à la suite de l’annonce gouvernementale. 

Si Frédéric Valletoux, membre de la Fédération hospitalière de France, a reconnu la prise de conscience des problèmes structurels du secteur, saluant « une réponse très concrète, presque sonnante et trébuchante », Christophe Prudhomme, porte-parole de l’association des médecins urgentistes, n’y trouve pas son compte : « Il y a 300 millions d’euros an en plus l’an prochain, nous, on en demande 4 milliards. » Sur les réseaux sociaux, la prime de 800 euros, mesure potentiellement éphémère, est particulièrement critiquée, d’autant qu’elle ne s’appliquerait qu’au personnel d’Ile de France. Certains y voient une preuve de mépris à l’égard des territoires.  

Michel Tsimaratos, professeur à l’hôpital de La Timone à Marseille, estime pour sa part que « l’attractivité n’est pas qu’une question d’argent. C’est les conditions dans lesquelles on travaille ». Sans doute faudra-t-il attendre l’an prochain pour connaître les réponses structurelles envisagées pour mettre fin à la crise des hôpitaux. 

Eric Fougerolles est un journaliste spécialisé dans le domaine de l’économie et de l’Europe. Diplômé de Sciences Po et en Droit communautaire, il travaille depuis une quinzaine d’années pour divers médias européens. Il est rédacteur pour Confluences.

Laisser un commentaire

Brèves

Un chèque alimentaire contre l’inflation

La nouvelle porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, a confirmé mercredi 29 juin la création d’une « aide alimentaire d’urgence » ...

À la une

Jean Testanière : le « médium des stars » sort de l’ombre

Ils s’appellent Michel Delpech, Isabelle Adjani ou François Mitterrand. Des personnalités incontournables aux destins différents, qui ont le point commun ...