Démantèlement de six réacteurs français 

Démantèlement de six réacteurs français 

Mardi 10 décembre, EDF et Veolia ont annoncé la création d’une coentreprise chargée de déconstruire la filière française des réacteurs «  UNGG  », comprenant les trois réacteurs de la centrale nucléaire de Chinon (Indre-et-Loire), les deux réacteurs de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher), et celui de Bugey.

Première étape

La coentreprise baptisée Graphitech «  aura en charge des développements technologiques et des études d’ingénierie, nécessaires à la préparation du démantèlement  », ont expliqué les deux groupes dans un communiqué. Graphitech devra fournir «  un scénario optimisé  »  pour le réacteur de Chinon A2 en 2028, et  «  proposer un programme d’essais qui permettra de tester les solutions technologiques nécessaires à la réalisation des opérations  », poursuit le texte.

EDF et Veolia espèrent pouvoir appliquer ces deux solutions aux cinq autres réacteurs, et par la suite à la cinquantaine d’installations de ce type qu’EDF a construit à travers le monde (Royaume-Uni, Espagne, Italie, Lituanie et Japon).

Travaux déjà entamés 

«  Le combustible, qui représentait la quasi-totalité du risque, a été évacué  », explique l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui précise que Veolia est là pour apporter son expérience en matière de techniques d’intervention à distance (robotique). Ces nouvelles technologies permettront de «  concevoir et réaliser des solutions innovantes  » pour accéder au cœur des réacteurs UNGG, et d’en extraire les composants de façon plus sure. 

Plan initial inacceptable 

En 2016, EDF a informé l’ASN qu’il souhaitait déconstruire complètement un réacteur avant de s’attaquer aux cinq autres. Mais cette solution aurait décalé de plusieurs décennies le démantèlement des centrales, et l’ASN a jugé qu’il n’était « pas acceptable d’attendre 2070 ». Le «  gendarme du nucléaire  » a donc donné  jusqu’à 2055  «  au plus tard  » à EDF pour commencer les travaux sur les cinq autres réacteurs. 

Laisser un commentaire

Brèves

Le métavers est sorti de l’oeuf trop tôt

L’euphorie ayant entourée le métavers depuis près d’un an commence à s’essouffler, et les investisseurs précoces font désormais preuve de ...

Brèves

Vers un durcissement des sanctions contre les squatteurs ?

C’est le député Rennaissance Guillaume Kasbarian, également président de la commission des affaires économiques, qui est à l’origine de cette ...