La dette publique française a dépassé 100  % du PIB

La dette publique française a dépassé 100  % du PIB

Vendredi 20 décembre, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a révélé que la dette publique de la France s’était établie fin septembre à 100,4  % du produit intérieur brut (PIB), soit 2  415  milliards d’euros. C’est 39,6 milliards d’euros de plus qu’au trimestre précédent.

Pas une première

La dette publique avait déjà dépassé le PIB du pays en 2017, suite à l’intégration de la dette de la SNCF, pour s’élever à 100,7 % du PIB au premier trimestre, et à 100,9  % au second.

Et cette fois encore, le gouvernement peut expliquer le dépassement. «  Cette hausse de la dette au troisième trimestre était attendue, a expliqué le cabinet du ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin.  Elle provient de raisons techniques, et notamment du calendrier des émissions et des amortissements de titres de dette.  »

Le cabinet du ministre a ensuite précisé que ces chiffres ne remettaient pas «  en cause la prévision du gouvernement, d’une dette à  98,8  % du PIB fin 2019  », que le ratio de la dette en fin d’année sera inférieur à 100  % grâce « à des remboursements de capital importants en  octobre et en  novembre  », et qu’il «  amorcera sa décrue à compter de  2020  ». 

Déficit difficile à déduire

«  Cette hausse provient principalement de la dette négociable à long terme (+  35,8  milliards d’euros) et dans une moindre mesure de la dette négociable de court terme (+  4,1  milliards), détaille l’Insee. Cette progression de l’endettement de l’Etat s’accompagne d’une augmentation importante de sa trésorerie (+  22,5  milliards)  ».

Mais «  la variation de la dette ne permet pas de déduire le déficit public  », explique l’Insee, car la dette publique brute ne correspond pas tout à fait à la dette au sens du traité de Maastricht, qui exclut «  la variation des actifs financiers et des passifs  ».

Laisser un commentaire

Brèves

Cartes Pokemon, la nouvelle valeur refuge

Boosté par la crise sanitaire et le temps libre en résultant, l’intérêt pour les cartes Pokémon a récemment atteint des ...

Brèves

La Covid pousse les Français à épargner

Un sondage réalisé fin janvier par Opinion Way a révélé que les Français avaient épargné, en moyenne, 276 euros le ...