Les plates-formes de livraison s’intéressent aux petites agglomérations 

Les plates-formes de livraison s’intéressent aux petites agglomérations 

Semaine après semaine, de nouvelles petites et moyennes villes françaises tombent sous le joug des plates-formes de livraison, Uber Eats et Deliveroo en tête. «  Aujourd’hui, nous couvrons 50  % de la population française, soit 34  millions de personnes, et nous sommes présents dans 180 agglomérations  »,  explique-t-on chez Uber Eats (contre 50 chez Deliveroo).

30% de chaque vente

«  Quand Uber Eats est apparu, en mars  [2019],  six concurrents s’y sont inscrits. J’ai préféré attendre de voir. J’ai vite vu. Au bout de six mois, mon chiffre a baissé, comme si les gens avaient modifié leurs habitudes. Alors, je m’y suis mis », raconte, dépité, Blaise Fontaine, gérant de l’entreprise de pizzas à emporter Les Pizzélices. Car le restaurateur a dû payer 300 euros de frais d’entrée, et il reverse désormais 30  % de toutes ses ventes.

Et chez Deliveroo, où Blaise Fontaine est également inscrit, «  tout est pareil  : même fonctionnement et même commission. Les livreurs aussi sont les mêmes.  » Il ne sait pas, en revanche, combien les livreurs sont payés. «  J’en ai vu un rejoindre l’immeuble en face, pour une course à 2  euros. Je veux encore pouvoir saluer ma clientèle, alors je baisse mes tarifs au comptoir (pizzas à 5  euros le midi)  ».

Offre diversifiée

KFC, McDonald’s et Burger King, qui étaient jusqu’alors seulement accessibles aux clients ayant un véhicule, sont les grands gagnants de l’arrivée des plates-formes.  «  Je roulais 12 km pour un seul menu au MacDo de Vineuil, près d’Auchan. Epuisant », raconte Boubakar, un Guinéen de 29  ans qui vient de renoncer à son VTT pour un scooter. «  Je dois des sous à un ami (pour le scooter), mais au moins, je renonce aux restos du centre, où on est trop nombreux.  »

«  Ce qui plaît le plus ici, ce sont les burgers, tacos et pizzas, explique Louis Lepioufle, cadre chez Deliveroo. Mais nous étoffons l’offre. On travaille par exemple avec la Brasserie Saint-Jacques.  »

Crédit photo : Flickr, par Shopblocks

Laisser un commentaire

Brèves

Le métavers est sorti de l’oeuf trop tôt

L’euphorie ayant entourée le métavers depuis près d’un an commence à s’essouffler, et les investisseurs précoces font désormais preuve de ...

Brèves

Vers un durcissement des sanctions contre les squatteurs ?

C’est le député Rennaissance Guillaume Kasbarian, également président de la commission des affaires économiques, qui est à l’origine de cette ...