Chômage partiel pour les salariés gardant leurs enfants

Chômage partiel pour les salariés gardant leurs enfants

Vendredi 17 avril, le gouvernement a annoncé que les personnes vulnérables face au virus ou arrêtées pour garde d’enfants seraient placées au chômage partiel à partir du début du mois de mai, et toucheraient 84 % de leur salaire net, ou 100 % du smic. 

Immédiateté et rétroactivité 

Le décret du 17 avril, qui concerne «  les arrêts de travail pour garde d’enfants ou les arrêts de travail délivrés aux personnes vulnérables présentant un risque accru de développer des formes graves de la maladie ainsi qu’aux personnes cohabitant avec ces personnes vulnérables », est d’ores et déjà effectif. Il garantit par exemple aux salariés une rémunération « à hauteur de 90% de leur salaire (brut), quelle que soit leur ancienneté » jusqu’au 30 avril, et permet à ceux qui ne l’aurait pas perçu auparavant de la réclamer, le texte étant rétroactif à partir du 12 mars.

Eviter une perte de 24 % de la rémunération 

A compter du 1er mai, par contre, «  les salariés en arrêt de travail pour ces motifs seront placés en activité partielle et percevront une indemnité à hauteur de 70% du salaire brut, soit environ 84% du salaire net. Ces montants seront portés à 100% du salaire pour les salariés rémunérés au niveau du smic ». La mesure entraine donc une baisse de la rémunération à partir de mai, mais bien moindre que ce qu’elle aurait dû être.

« Les arrêts maladie pour les personnes qui ont entre un et cinq ans d’ancienneté diminuent au bout de 30 jours, ils passent de 90% à 66% du salaire brut. Pareil au bout de 40 jours pour les personnes ayant 5 à 10 ans d’ancienneté, et 50 jours pour les salariés qui ont plus de 10 ans d’ancienneté. Depuis le 16 avril, une partie des 1,7 million de salariés qui étaient en indemnités journalières de garde d’enfant ou des 400.000 en indemnités journalières de personne vulnérable passait donc de 90% à 66% de salaire net, et perdait 24% de leur rémunération. Ce n’était pas possible de laisser faire ça », explique le gouvernement.

Laisser un commentaire

Brèves

Leclerc résiste bien à la crise

Le groupe ne devrait pas avoir besoin de plans sociaux, et prévoit même de reverser des primes importantes à ses ...

Brèves

Effondrement du marché du cuir

La surconsommation de viande, associée à la baisse de la consommation de produits à base de cuir, a entraîné un ...