Coronavirus : Bernard Arnault renonce à 2 mois de salaire et à ses bonus

Coronavirus : Bernard Arnault renonce à 2 mois de salaire et à ses bonus

Bernard Arnault, le président de LVMH, ainsi que quatre autres dirigeants du groupe, ont décidé de renoncer à leur rémunération pour le mois d’avril et de mai. Une décision prise dans le cadre de l’épidémie du Covid-19. Le groupe affiche une bonne capacité de résilience face à la crise.

Bernard Arnault (PDG), Antoine Arnault (responsable de la communication), Delphine Arnault (directrice générale adjointe Produits de Louis Vuitton), Nicolas Bazire (directeur du développement et des acquisitions), et Antonio Belloni (directeur général délégué), ont décidé de «renoncer à leur rémunération pour les mois d’avril et mai 2020 ainsi qu’à toute rémunération variable au titre de l’année 2020». Soit «chacun des autres administrateurs exerçant des fonctions exécutives» au sein du groupe de luxe LVMH.

Dès le mois de mars 2020, le groupe, qui comprend 75 marques, avait pronostiqué un recul de ses ventes de -10 à -20% au premier trimestre. Aujourd’hui, il déclare avoir accusé une baisse de 15% sur un an de ses ventes au premier trimestre, soit 10,6 milliards d’euros. Lors de l’assemblée générale des actionnaires, fixée au 16 avril mais finalement repoussée au 30 juin 2020, LVMH va proposer une réduction de 30% des dividendes initialement versés au titre de 2019.

Par ailleurs, LVMH a décidé de ne pas recourir au dispositif de chômage partiel, qui permet aux entreprises de verser une indemnité à ses salariés, dont une partie est prise en charge par l’Etat. Une manière de contribuer à l’ « effort de guerre » en évitant de peser sur les comptes publics. Ainsi l’Etat peut se concentrer sur les entreprises plus petites et plus vulnérables en temps de crise.

Le groupe précise que “LVMH témoigne d’une bonne capacité de résistance dans un environnement économique perturbé par une grave crise sanitaire”. Dès le début du mois de mars, les marchés financiers étaient chahutés par l’épidémie du coronavirus et la quasi-totalité des valeurs étaient dans le rouge, à l’exception de LVMH. Une grande résilience due à une solidité financière renforcée en 2019. Cette bonne résistance s’explique notamment par une diversification de ses produits, une politique d’acquisitions soutenue (rachat du joaillier américain Tiffany) et un modèle d’entreprise familiale qui rassure les investisseurs.

Eric Fougerolles est un journaliste spécialisé dans le domaine de l’économie et de l’Europe. Diplômé de Sciences Po et en Droit communautaire, il travaille depuis une quinzaine d’années pour divers médias européens. Il est rédacteur pour Confluences.

Laisser un commentaire

Brèves

Le Black Friday est reporté à décembre

Bercy a décidé de décaler l’opération promotionnelle Black Friday d’une semaine, du 27 novembre au vendredi 4 décembre. «  Conditions ...

À la une

À trop vouloir en faire, Arkéa serait-elle atteinte du syndrome d’hubris ?

Pour faire valoir son projet d’indépendance, le Crédit Mutuel Arkéa a multiplié les investissements dans un certain nombre d’opérations destinées ...