Coronavirus et désinformation : la foire aux fake news bat son plein

Coronavirus et désinformation : la foire aux fake news bat son plein

«Il s’agit pour les idéologues du complot à la fois de critiquer tous les discours d’autorité, notamment scientifiques, et en même temps de s’en servir pour discréditer les discours qui sont hostiles à leurs thèses. Le tout entraînant le lecteur dans un très grand nombre de références, souvent contradictoires, qui entretiennent un véritable doute paradigmatique» résume l’historienne Marie Peltier dans son livre « Obsessions : dans les coulisses du récit complotiste ».

Il n’est pas rare qu’en période de crise (politique, économique, sanitaire), la rhétorique complotiste connaisse un regain d’intérêt auprès de l’opinion et  détourne ou manipule les connaissances scientifiques. Depuis le début de l’épidémie du Covid-19, de nombreuses rumeurs et fausses informations circulent sur les réseaux sociaux et alimentent les peurs d’une population angoissée et confinée.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), sur son site internet, tente de corriger un grand nombre de fausses informations qui inondent la Toile. Les médias en ligne essayent également d’empêcher leur propagation en rétablissant certaines vérités scientifiques. Jusqu’à l’animateur de télévision Cyril Hanouna, qui avait récemment annoncé la tenue sur C8 d’une soirée dédiée aux théories du complot, ayant lui-même participé au relai de certaines fausses informations concernant les dates du déconfinement.

De l’origine humaine du coronavirus

Les fausses informations concernent notamment l’origine du virus, les modalités de transmission et les remèdes contre la maladie. D’après un sondage IFOP/Conspiracy Watch, 26% des Français estiment, à tort, que le virus provient d’un laboratoire et qu’il a été créé par l’homme, « soit intentionnellement (17%), soit accidentellement (9%) ». Selon l’Observatoire, « les générations les plus jeunes et les catégories sociales les plus défavorisées demeurent les plus perméables au complotisme ».

Fin mars, c’était le tour du gouvernement chinois d’insinuer que les Etats-Unis étaient à l’origine de la pandémie : les Américains auraient, selon lui, apporter le Covid-19 à Wuhan lors des Jeux mondiaux militaires, dès le mois d’octobre 2019… Pourtant, l’OMS ne cesse de rappeler que la pandémie provient d’un marché aux animaux à Wuhan, une ville située au centre-est de la Chine capitale de la province du Hubei, et qu’elle aurait démarrée entre la mi-novembre et le début du mois de décembre 2019.

Théories sur les modalités de transmission du coronavirus

Autre sujet qui alimente « le doute paradigmatique » auprès de la population : les vecteurs et modalités de transmission de la maladie. D’après l’OMS, la transmission du virus par les piqûres de moustiques ou par les animaux de compagnie n’est pas prouvée. Il n’existe à ce jour aucune preuve que les animaux de compagnie contaminent l’être humain.

Il en va de même pour le risque de transmission par les billets de banque ou la monnaie. Elle peut « théoriquement contaminer ses mains de manière transitoire», explique Didier Lepelletier dans un dossier de fact checking du Figaro. Mais « le fait de bien se laver les mains anéantira le virus et n’aura aucun impact sur la santé ». L’OMS conseille de « se laver les mains après avoir manipulé de l’argent, comme pour tout autre objet ». Pour Patrick Lagarde, PDG de Brink’s France. « Cette psychose est entretenue à des fins commerciales par les acteurs du paiement sans contact et les applications de paiement ».

Recettes de grand-mère

Les théories sur les remèdes à prendre pour se protéger du coronavirus restent probablement les plus farfelues d’entre toutes : ail, fenouil, eau chaude mélangée avec du sel ou du vinaigre, alcool, cocaïne, huile de sésame, antibiotiques, urine d’enfant… aucun de ces produits ne tue le Covid-19. Tout comme prendre un bain, augmenter la température chez soi ou prendre le soleil. « À ce jour, aucun médicament spécifique n’est recommandé pour prévenir ou traiter l’infection par le nouveau coronavirus (2019-nCoV) » rappelle l’OMS.

«Le risque majeur se fait par voie respiratoire directe en inhalant les gouttelettes d’une personne qui éternue ou crache à proximité de vous», résume le professeur Didier Lepelletier.  Santé publique France rappelle les gestes barrière pour limiter la propagation du virus au quotidien : se laver très régulièrement les mains, tousser ou éternuer dans son coude ou dans son mouchoir, utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter, ou encore saluer sans se serrer la main et éviter les embrassades. Sans oublier bien sûr le respect du confinement.

 

Laisser un commentaire

À la une

Apple contre Bruxelles : un partout, balle au centre

Un camouflet pour Bruxelles. La Commission désavouée. Victoire judiciaire éclatante pour Apple.  Les médias ont choisi de traiter sous l’angle ...

À la une

Présidentielle en Côte d’Ivoire : les cartes sont rebattues

Mercredi 8 juillet, le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly rendait l’âme. Ce proche d’Alassane Ouattara était pressenti pour lui ...