Bernard Arnault (LVMH) : « les signes de reprise sont assez vigoureux »  

Bernard Arnault (LVMH) : « les signes de reprise sont assez vigoureux »   

Bernard Arnault, président du leader du luxe LVMH, a évoqué des signes de reprise lors de l’Assemblée générale qui s’est tenue le 30 juin au siège du groupe avenue Montaigne. Selon les analystes, LVMH serait mieux armé que son concurrent Kering pour surmonter la crise.

Mardi 30 juin se tenait l’Assemblée générale du groupe de luxe LVMH. L’occasion d’une approbation des comptes annuels, mais aussi de l’affectation du résultat et de la distribution des dividendes par les actionnaires et associés du groupe.

Une Assemblée générale organisée dans des circonstances exceptionnelles

Compte tenu des circonstances exceptionnelles provoquées par l’épidémie du coronavirus, l’Assemblée générale, initialement prévue à la mi-avril, a été repoussée à la fin du mois de juin, comme pour de nombreuses entreprises. Elle a eu lieu au siège de LVMH, avenue Montaigne, (et non pas au Louvre), a duré une heure en petit comité et a été retransmise sur Internet. « Les intervenants étaient représentés simplement par leur photo sur l’écran », rapportent les Echos.

« Il est clair que la situation en 2020 n’est malheureusement pas la même que celle de 2019 », a précisé Bernard Arnaud lors de l’AG. Si l’année 2019 fut marquée par des chiffres record pour le groupe, l’année 2020 a démarré avec la crise du Covid-19 qui a frappé de plein fouet le secteur du luxe. « La fermeture des magasins à travers le monde a stoppé net l’activité, et la baisse significative des ventes s’est accélérée par l’effondrement du tourisme, principal levier du secteur », analyse Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l’analyse de marchés chez eToro dans un article de Capital.

Une reprise progressive pour LVMH au second semestre

Troisième fortune mondiale selon le classement Forbes, Bernard Arnault s’est montré plutôt confiant : « Nous espérons que la reprise se fasse graduellement au second semestre. » Et celui-ci d’ajouter que « les signes de reprise sur certains marchés au mois de juin sont assez vigoureux ». Cette reprise progressive a été possible grâce aux mesures de déconfinement, notamment à Paris et Milan, « capitales » européennes du luxe. Quant au volet digital, les signaux sont au vert : « les ventes en ligne ont cru très fortement, de 100% dans certains pays ou pour certaines marques », a précisé Toni Belloni, directeur général délégué de LVMH. A cette occasion, le dividende à 4,80 euros par action a été approuvé par les actionnaires.

Le groupe de luxe aux 75 maisons (Dior, Louis Vuitton, Guerlin, etc.) semble témoigner d’une bonne résistance en comparaison avec certains de ses concurrents, tels que le groupe Kering présidé par François-Henri Pinault et très dépendant de la marque Gucci. « La crise actuelle va obliger les acteurs du luxe à être plus créatifs pour satisfaire les nouvelles demandes tout en s’adaptant aux nouvelles contraintes. LVMH paraît la mieux armée, avec une diversification sectorielle importante (mode et maroquinerie, vins et spiritueux, cosmétiques, haute joaillerie) », explique Antoine Fraysse-Soulier.

La célébration des efforts collectifs pendant la crise sanitaire

« Cette crise exige un effort significatif de toutes les parties prenantes. Il est normal que les actionnaires y participent. D’autres entreprises ont fait ce choix », a rappelé Toni Belloni lors de l’AG. Le 16 avril dernier, les administrateurs exerçant des fonctions exécutives (Bernard Arnault, Toni Belloni, Nicolas Bazire, Delphine Arnault et Antoine Arnault) avaient décidé de renoncer à leur rémunération en avril et mai dernier et à leurs rémunérations variables sur l’année 2020.

L’Assemblée générale a enfin voulu rendre hommage aux collaborateurs du groupe à travers une vidéo illustrant « l’effort collectif » de l’entreprise. Le film était l’occasion de remercier les salariés des ateliers Vuitton à Paris, qui ont fabriqué des  blouses et des masques, ou ceux des ateliers Givenchy à Chartres, qui ont produit du gel hydroalcoolique pour le personnel hospitalier.

 

Laisser un commentaire

À la une

Délaissée par les États-Unis, l’Asie du Sud-est plonge dans l’escarcelle chinoise

Au cœur de la stratégie diplomatique américaine pendant les deux mandats de Barack Obama, le « pivot asiatique » a été quelque ...

À la une

Nucléaire : pour un débat public vraiment éclairé !

Dans une tribune publiée le 8 octobre dernier, Amandine Albizzatti, PDG d’Enercoop, fournisseur d’électricité spécialisé dans l’électricité renouvelable, réclame « un ...