Auvergne Rhône-Alpes : la région a tous les atouts pour rebondir

Auvergne Rhône-Alpes : la région a tous les atouts pour rebondir

À l’instar de nombreuses régions françaises, les bassins rhodanien et auvergnat subissent de plein fouet la crise économique, qui frappe en premier lieu les secteurs industriels et touristiques locaux, impliquant par réaction en chaîne toute la chaine de fournisseurs et l’emploi. Néanmoins, la vitalité et la solidité de l’économie locale, couplées à des mesures spécifiques dans le cadre du plan de relance, devraient permettre un rebond rapide de la région et laisser entrevoir un avenir plus clément. Certaines entreprises, comme l’assureur SFAM, ont même annoncé des recrutements dans les mois à venir.

Une dynamique régionale frappée de plein fouet par la crise

Rappelons-le : en début janvier 2020, les chefs d’entreprises de la région et le responsable local de la Banque de France tablaient sur une croissance de 2 à 4% de la production, dans le contexte d’une économie possédant un fort maillage de TPE-PME diversifiées. Si bien que prise d’un point de vue national, la région pouvait se targuer d’être la seconde région économique du pays après l’Ile-de-France.

Mais la crise a touché ici plus durement qu’ailleurs, notamment car son appareil productif industriel dynamique, 18% de la valeur ajoutée régionale contre 14% au niveau national, a été plus affecté par la mise en berne de l’économie que le secteur tertiaire et ses possibilités de télétravail. La région affiche également le recul le plus important des transactions financières, ainsi qu’une diminution des encaissements de l’impôt sur les sociétés et des chiffres de création d’entreprises. La baisse du tourisme, dans un département comme la Savoie, est également à mettre dans l’équation.

En somme, la région est l’une des plus touchées de France, où la baisse d’activité moyenne nationale est de -32% pour les mois de confinement pour -34% en Auvergne-Rhône-Alpes : situation paradoxale où son dynamisme implique une chute plus conséquente que certaines régions voisines.

Relance locale et effectivité des pouvoirs publics

Si les perspectives économiques sont incertaines et que la situation est inquiétante, il faut néanmoins souligner la relative rapidité des pouvoirs publics pour la sauvegarde de l’activité et la relance à venir. Outre les dispositifs de Prêts Garantis par l’Etat (PGE) et le chômage partiel, le plan de relance comporte aussi un volet ambitieux pour la région. Le Premier ministre doit se rendre prochainement à Lyon pour rencontrer le président de région Laurent Wauquiez et discuter d’une enveloppe dont le montant est estimé à environ 3 Mds d’euros.

Ce plan pourrait être largement profitable pour une région qui ne manque pas d’atouts à faire valoir, notamment du point de vue écologique. Mentionnons par exemple que l’accent mis sur l’investissement dans la filière hydrogène par le gouvernement concerne directement la région AURA puisque près de 80% des acteurs de ce secteur sont basés dans la région avec des entreprises leader du marché comme Symbio ou Mc Phy. De plus, la baisse des impôts de production présentée par Bercy devrait bénéficier au premier chef à l’investissement des entreprises industrielles régionales, dont on sait l’importance pour le développement du bassin d’emploi. Enfin, un important plan d’investissement serait à l’étude dans le secteur des transports, principalement sur la mobilité et le fret ferroviaire.

La force du maillage économique régional

Si ces projets et ces mesures laissent entrevoir un avenir plus réjouissant que les précédents mois, c’est sur force de son maillage économique que la région compte aussi. En plus de son secteur industriel conséquent (plus 500 000 employés), la région rivalise d’innovations pour faire connaitre ses entreprises, ses produits et son savoir-faire : la plateforme achetezenauvergne.fr centralisant sur une même plateforme les produits auvergnats locaux, les nombreuses initiatives de Lyon pour devenir le centre de l’innovation française dans le secteur médical et dans d’autres filières d’avenir, ou encore le soutien à l’export, sont là pour en témoigner.

Des difficultés économiques structurelles pour la région AURA qui, cependant, n’excluent pas des perspectives d’embauche dans certaines entreprises de la région. La région possède des entreprises en forte croissance, comme l’exemplifie parfaitement le courtier en assurance SFAM (leader européen de l’assurance affinitaire ayant multiplié ses effectifs par 16 en 5 ans) qui a décidé d’investir dans un nouveau site pouvant accueillir jusqu’à 1200 employés. De même, SFAM maintient une croissance annuelle moyenne proche des jeunes pousses les plus prometteuses (une moyenne de +103% chaque année depuis 2015). En mars dernier, SFAM annonçait d’ailleurs le recrutement de 600 personnes sur son siège de Romans-sur-Isère. Le média Euractiv précise, quant à lui, que la filière bois devrait conserver sa vivacité dans la région pour les années à venir. Mais, selon une étude portant sur les métiers de l’intérim, les services à la personne, les transports et logistiques, ainsi que le commerce et la vente devraient être les plus créateurs d’emplois dans la région.

D’ailleurs, l’opération 1 Semaine pour 1 emploi, qui débute aujourd’hui dans la région pour s’achever le 9 octobre, devrait permettre la mise en relation entre 2 000 entreprises et des demandeurs d’emploi, dans 180 rendez-vous physiques ou digitaux.

Laisser un commentaire

Business

Les avoirs de Moukhtar Abliazov et Ilyas Khrapunov gelés dans le monde entier

Le feuilleton judiciaire autour de Moukhtar Abliazov vient de connaitre un nouveau rebondissement : en cavale depuis plus d’une décennie, le ...

À la une

Dette Covid : qui va payer ?

Le monde d’après, ce sera celui d’avant en pire. Alors que la crise sanitaire semble toucher à sa fin, certains ...