Les salles de sport sont dans le rouge

Les salles de sport sont dans le rouge

Les professionnels du secteur ont manifesté vendredi 2 octobre pour obtenir la réouverture des salles de sport, victimes, selon eux, d’une injustice. Plusieurs villes, comme Rennes et Toulouse, ont d’ores et déjà accepté leur réouverture. 

Inquiétude des professionnels du secteur

« C’est un désastre. Le modèle économique d’une salle repose en grande partie sur la rentrée, où une bonne partie des abonnements se fait. Quand on les ferme à cette période, non seulement cela fragilise toute l’année, mais c’est comme fermer un magasin de jouets en décembre », se lamente Virgile Caillet, délégué général de l’Union Sport Cycle. « Chaque jour de fermeture ampute notre chiffre et érode la confiance des pratiquants, qui n’étaient déjà pas totalement revenus après le confinement. Ceux qui avaient de la trésorerie s’en sortent, pour le moment, mais beaucoup sont sur la sellette », ajoute Guillaume Schroll, vice-président du syndicat FranceActive.

« Les gérants de bars et restaurants veulent proposer de mettre en place des registres. Or, nous en avons déjà, nous avons des logiciels qui nous permettent de savoir minute par minute, espace par espace, qui entre et sort dans le club. Ce serait surréaliste de permettre aux restaurateurs d’ouvrir parce qu’ils ont des registres papier, alors que nous en avons aussi  ! » estime, pour sa part, Céline Rémy-Wisselink, cofondatrice de l’enseigne Neoness.

Réouverture progressive

Mais avant même la manifestation, certaines villes avaient déjà levé l’interdit, à l’image de Rennes, dont le tribunal administratif a suspendu jeudi l’arrêté préfectoral ordonnant la fermeture des salles de sport. « Le juge a considéré la décision du préfet d’Ille-et-Vilaine injustifiée et disproportionnée. Incontestablement, les salles de sport ne sont pas des lieux de contamination », s’est immédiatement félicité Virgile Caillet.

Après Rennes, Toulouse a suivi vendredi. « On est contents, on n’avait pas compris pourquoi on avait dû fermer, on rouvre. Nos adhérents ne comprenaient pas, car on avait mis toutes les mesures en place. Avec tout le mal qu’on s’est donné… », a déclaré, rassurée, Elodie Piazza, responsable d’une salle Keep Cool de Toulouse. 

Laisser un commentaire

Brèves

Nouvelle levée de fond pour Blablacar

Mardi 20 avril, l’entreprise française BlaBlaCar, leader mondial du covoiturage, a annoncé une levée de fonds de 115 millions de ...

Brèves

Les Chantiers de l’Atlantique resteront encore un peu aux mains de l’Etat

La demande de l’ancien patron de Bricorama, Jean-Claude Bourrelier, qui proposait d’acquérir 41% du capital du constructeur naval de Saint-Nazaire, ...