Les Chantiers de l’Atlantique resteront encore un peu aux mains de l’Etat

Les Chantiers de l’Atlantique resteront encore un peu aux mains de l’Etat

La demande de l’ancien patron de Bricorama, Jean-Claude Bourrelier, qui proposait d’acquérir 41% du capital du constructeur naval de Saint-Nazaire, vient d’être rejetée par l’État. Le gouvernement a en effet estimé qu’il n’y avait pas d’urgence à trouver un repreneur.

Solution « équilibrée et pérenne »

Jean-Claude Bourrelier proposait que sa société d’investissement familiale Bourrelier Group acquière 41% du capital des Chantiers de l’Atlantique, tandis que « l’État et Naval Group détiendraient à eux deux jusqu’à 40% du capital et se verraient reconnaître des droits particuliers au travers du pacte d’actionnaires ».

Une solution « équilibrée et pérenne » pour l’avenir du chantier naval, selon l’home d’affaires, qui n’a pourtant pas retenu l’intérêt de l’Etat. 

«  Ils m’ont dit que le moment n’est pas venu », a fait savoir mercredi Jean-Claude Bourrelier. L’ancien patron de Bricorama, qui avait laissé jusqu’à fin avril à l’Etat pour se décider, s’est dit « un peu déçu  » par cette réponse précipitée. 

« Bon carnet de commandes »

Mais l’Etat, qui détient actuellement 84,3% du capital des Chantiers (Naval Group 11,7%, les salariés 2,4% et le consortium CofiPME 1,6%) ne cherche pas seulement un partenaire financier, ce qu’offrait Bourrelier Group, mais surtout un partenaire industriel avec qui échanger, comme ça aurait été le cas avec l’italien Fincantieri.

Suite à l’échec, le 27 janvier dernier, du rachat du constructeur français par Fincantieri, l’Etat affirmait déjà qu’il n’y avait pas d’urgence. « Les Chantiers ont tous les moyens pour se développer, sont soutenus par l’État actionnaire, et ont un bon carnet de commandes », assurait alors le ministère de l’Economie.

Laisser un commentaire

Brèves

Le métavers est sorti de l’oeuf trop tôt

L’euphorie ayant entourée le métavers depuis près d’un an commence à s’essouffler, et les investisseurs précoces font désormais preuve de ...

Brèves

Vers un durcissement des sanctions contre les squatteurs ?

C’est le député Rennaissance Guillaume Kasbarian, également président de la commission des affaires économiques, qui est à l’origine de cette ...