Le Cloud computing, un marché en plein boom

Le Cloud computing, un marché en plein boom

Le Cloud représente un véritable bouleversement pour l’organisation des entreprises. Depuis quelques années, d’autant plus avec le Covid, la répartition des dépenses informatiques des entreprises évolue. Dans ce cadre, tous les segments du marché du Cloud computing ne sont pas encore arrivés à maturité et promettent des perspectives intéressantes.

Les prévisions de croissance du marché de l’infrastructure en tant que service (IaaS) se confirment

L’IaaS, modèle dans lequel un tiers fournit à une entreprise les fonctions de virtualisation, le système de stockage, les réseaux et les serveurs, est en plein boum et la fin du télétravail obligatoire ne devrait pas changer la donne. Selon le cabinet de conseil et de recherche américain Gartner, le marché mondial du IaaS public a augmenté de 40,7 % en 2020. L’hyper domination des géants américains et chinois se confirme : Amazon, Google, Microsoft, Huawei et Alibaba concentrent 80 % du marché. La croissance du chiffre d’affaires des « petits » fournisseurs, estimée en moyenne à 25,6 %, témoigne du dynamisme du segment.

Huawei, en particulier, affiche des résultats qui feraient rêver n’importe quel investisseur. Le cabinet américain note qu’après une « deuxième année consécutive de croissance de plus de 200 % sur le marché du IaaS, Huawei a fait irruption dans le top 5 des fournisseurs pour la première fois en 2020, avec 2,7 milliards de dollars de revenus. Plus de 90 % de ces revenus proviennent de Chine, une région qui continue de connaître une croissance rapide du marché du cloud ». Le géant chinois n’a pour le moment pas encore déployé cette offre de service à l’international.

La croissance des plateformes en tant que service (PaaS) ne devrait pas ralentir

Le marché mondial des PaaS (modèle où la plateforme matérielle et logicielle est fournie par un tiers) devrait quant à lui passer de 47,29 milliards de dollars en 2020 à 54,09 milliards de dollars en 2021, à un taux de croissance annuel de 14,4 % selon ResearchAndMarkets. Pour l’agence, « les entreprises ont réorganisé leurs opérations et se sont remises de l’impact du COVID-19, qui avait auparavant entraîné des mesures de confinement restrictives impliquant une distanciation sociale, le travail à distance et la fermeture d’activités commerciales qui ont entraîné des difficultés opérationnelles ».

Avec toujours la menace d’un nouveau variant et la généralisation du télétravail, les agents économiques ne devraient pas bouder cette solution. Le marché devrait être porteur pour encore quelques années.

Le marché du software as a service (SaaS) est en phase de maturation

Pour RocketX, l’agence néerlandaise d’intelligence économique, « le point le plus important à retenir concernant les récentes tendances SaaS est que le marché est encore en phase de maturation ». En effet, les pratiques évoluent, notamment dans le marketing SaaS. Isabelle Pré, VP Marketing chez Sage, note que « dans le monde du SaaS, l’acquisition d’un nouveau client n’est plus une finalité, mais le début d’une histoire ». Elle souligne que « c’est la révolution de la proximité, de la personnalisation : la standardisation n’a pas sa place dans le monde du SaaS ». Un constat qui fait écho à la tendance du low-code — forme simplifiée du développement logiciel — identifiée par l’agence néerlandaise. Quasi-dernier-né du secteur, ce segment du marché poursuit sa montée en puissance. Nul doute que l’optimum du IaaS et du PaaS devrait précéder de peu celui du SaaS.

Le Desktop as a Service (DaaS) de moins en moins boudé par les entreprises

Gartner prévoit que « le nombre d’utilisateurs de DaaS augmentera de plus de 150 % entre 2020 et 2023 ». Initialement vu comme un moyen de réduire les coûts IT, l’agence rappelle que ce genre de stratégie « échoue dans 80 % des cas ». Cela a donc engendré une mauvaise réputation pour le Daas, modèle qui permet à l’entreprise d’accéder à un bureau virtuel avec seulement une connexion. Pour le cabinet américain, la croissance n’interviendra que si les professionnels du secteur identifient mieux les candidats au DaaS, se concentrent sur la sécurité et arrivent à faire adopter le DaaS comme moyen d’accélérer et réduire le coût de l’intégration des travailleurs.

En effet, solution particulièrement avantageuse pour les petites et moyennes entreprises, elle peine à trouver son audience dans les plus grosses structures plus à même de faire des économies d’échelle. C’est surtout le risque que pose encore la digitalisation totale des postes de travail qui ralentit la croissance du segment. Son usage devrait à moyen terme s’imposer dans les entreprises, avec à la clé, de belles perspectives de développement.

Laisser un commentaire

À la une

Eloge de la décroissance

Paru aux éditions Tana et signé Vincent Liegey, un ouvrage promeut la décroissance et démêle le vrai du faux autour de ...

À la une

Le “noci-score”, un outil pour mesurer les risques liés aux produits du tabac

Inspiré du nutriscore, le “noci-score”, imaginé par Jean-Philippe Delsol, le président de l’Institut de Recherches économiques et fiscales (IREF), est ...