Les Français prêts à réduire leur consommation d’énergie 

Les Français prêts à réduire leur consommation d’énergie 

En raison de la guerre du gaz entrainée par le conflit en Ukraine, les Français vont certainement devoir réduire leur consommation. Un sondage du cabinet d’étude Elabe révèle toutefois que 63% d’entre eux sont d’ores et déjà prêts à changer leurs habitudes énergétiques.

Écarts au sein de la population

Dans le Journal du Dimanche de la semaine dernière, les patrons de TotalEnergies, EDF et Engie ont appelé les consommateurs à limiter « immédiatement leurs consommations énergétiques, électriques, gazières et de produits pétroliers ».

Une consigne que les Français sont apparemment prêts à suivre, selon le cabinet d’étude Elabe, qui précise que 41% sont prêts à réduire « un peu » et 22 % « beaucoup » leur consommation. « Une majorité de Français au sein de toutes les catégories de population se disent prêts à réduire leur consommation », insiste l’étude, qui pointe tout de même des écarts entre les catégories socioprofessionnelles. Ainsi, les cadres, les urbains et les jeunes seraient plus enclins à réduire leur consommation que les catégories populaires, les ruraux et les plus de 50 ans. 

Quelques conditions

Mais quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle concernée, la plupart des Français ne réduiront pas aveuglément leur consommation. « Parmi les Français qui seraient prêts à réduire leur consommation d’énergie, 90% le feraient sous au moins une condition », note l’étude. Les deux conditions revenant le plus souvent étant l’uniformité, c’est-à-dire que tout le monde soit contraint de participer à l’effort, et la garantie que les prix n’augmentent pas.

En définitive, seuls 10% des Français accepteraient de réduire leur consommation sans garantie. « Une part qui monte jusqu’à 17% chez les sympathisants écologistes et les Français qui bouclent leurs fins de mois en épargnant, et jusqu’à 21% chez les Français qui se disent prêts à beaucoup réduire leur consommation », précise l’étude.

Laisser un commentaire

Brèves

Les ruptures de stock ne font que commencer

Suite à la guerre en Ukraine, les premières ruptures de stock sont apparues dans les rayons, et selon les professionnels ...

Brèves

Le métavers est sorti de l’oeuf trop tôt

L’euphorie ayant entourée le métavers depuis près d’un an commence à s’essouffler, et les investisseurs précoces font désormais preuve de ...