Les véhicules électriques seront bientôt moins cher

Les véhicules électriques seront bientôt moins cher

Le directeur général du groupe Stellantis, Carlos Tavares, a récemment annoncé que son entreprise allait produire « à brève échéance » 12 véhicules électriques en France. Cette production de masse devrait faire baisser le prix des véhicules, à condition que les aides européennes soient mieux réparties.

12 modèles électriques 

Les 12 modèles en question sont la DS3 et l’Opel Mokka électriques, qui sont déjà produites à Poissy (Yvelines), et des utilitaires électriques produits à Hordain (Nord). Les Peugeot 308, 308 break et 408 électriques seront, elles, produites à Mulhouse (Haut-Rhin), et les SUV 3008 et 5008 électriques seront produits à Sochaux (Doubs). Le futur SUV électrique de Citroën sera lui produit à Rennes.

« Tous nos sites industriels (en France) ont maintenant devant eux un avenir qui est clair et la technologie nécessaire pour faire face à la concurrence, notamment la concurrence chinoise que vous pouvez voir aujourd’hui sur ce Mondial de Paris », assure Carlos Tavares. « Les sites français de Stellantis sont donc tous maintenant électriques et leurs productions permettront à l’entreprise d’être au rendez-vous de la neutralité carbone en 2038 ».

Une transition validée à 100% par le président français Emmanuel Macron. « On est en train de crédibiliser cette trajectoire qu’on s’est fixée, celle d’obtenir deux millions de véhicules électriques produits en France en 2030 », explique le président de la République. « On a déjà sécurisé un million à horizon 2026-2027, et on sera là pour soutenir et accompagner dans la durée, pour faire de la France à nouveau une grande terre automobile de demain ».

Baisse des prix

Et cette augmentation de volume devrait fortement faire diminuer les prix dans les prochaines années. « Avec la hausse des volumes, les tarifs vont baisser en flèche », assure Carlos Tavares. Cette baisse s’expliquera également par « une égalité de la structure des coûts » entre les véhicules électriques et thermiques, qui aboutira à un prix moyen qui « sera un peu au-dessus des 20.000 euros ». Toutefois, le prix des véhicules électriques « est fortement exposé au prix des matières premières » et « sera beaucoup plus volatil », prévient Carlos Tavares. 

Toutefois, pour que les prix baissent réellement en Europe, le dirigeant de Stellantis demande que les aides européennes à l’achat des véhicules électriques soient limitées à ceux fabriqués en Europe. « Il faut qu’il y ait une réciprocité entre ce que nous subissons en Europe et ce qui nous est imposé en dehors d’Europe. Que vous regardiez la Chine ou l’Amérique du Nord, vous avez des protections mises en place pour ne favoriser que véhicules fabriqués sur ces territoires », insiste Carlos Tavares.

Un avis partagé par le président de la République. « Les Américains achètent américain et mènent une stratégie très offensive d’aide d’État. Les Chinois ferment leur marché. On ne peut pas être le seul espace, le plus vertueux sur le plan climatique, qui considère qu’il n’y a pas de préférence européenne », estime Emmanuel Macron.

Laisser un commentaire

Brèves

Une navette autonome pour Carrefour 

Lundi 5 décembre, Carrefour a dévoilé sur le parvis de l’École polytechnique sa première « drive mobile », un camion ...

Brèves

Les ruptures de stock ne font que commencer

Suite à la guerre en Ukraine, les premières ruptures de stock sont apparues dans les rayons, et selon les professionnels ...