Le groupe Sage investit dans la RSE

Le groupe Sage investit dans la RSE

Le groupe Sage, leader mondial dans l’édition de logiciels pour les entreprises, renforce son engagement en multipliant notamment les initiatives pour soutenir et accompagner ses clients dans l’atteinte de l’objectif du Zéro Émissions.

Les démarches RSE s’amplifient dans les organisations… mais peinent à se structurer

Entre institutionnalisation des stratégies RSE dans les entreprises et mobilisation des organisations en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, le marché est pour le moins porteur. En tout et pour tout, 4 entreprises sur 5 mesurent déjà ou ont prévu de mesurer leur empreinte carbone selon un sondage Bpifrance, Orse et PWC – 2022, tandis que la RSE est intégrée à 73 % des appels d’offres, selon le Baromètre RSE open-source 2021.

En interne, les salariés y sont aussi de plus en plus acculturés. 71 % des entreprises possèdent ainsi une équipe dédiée aux enjeux RSE, sous la forme d’un pôle à part entière dans les grandes organisations ou de salariés mobilisés sur ce sujet dans les plus petites. Si tous les voyants semblent au vert, les démarches RSE peinent malgré tout à se formaliser. « Tous les indicateurs démontrent un intérêt grandissant des entreprises pour les enjeux RSE, qui se double d’une vague de nouvelles obligations légales. Dans le même temps, elles ont du mal à formaliser et chiffrer leurs stratégies. Nous devons les accompagner », explique Pacôme Lesage, Président France et Europe du Sud du groupe Sage.

« Les technologies ERP peuvent être de réels game changer », selon Pacôme Lesage

Une réalité qui se dessine d’ailleurs dans les études menées auprès des professionnels, seules 8 % des entreprises intégrant des objectifs chiffrés à leur démarche RSE, selon le baromètre RSE 2022 de Mazars. « C’est sur ce segment précis que les technologies ERP peuvent être de réels game changer », poursuit Pacôme Lesage. Si les ERP, ou progiciels de gestion intégrés, sont désormais incontournables dans les stratégies de développement et de gestion financière des entreprises, ils ne sont en effet qu’encore marginalement utilisés dans le cadre du déploiement des stratégies RSE.

Pas d’inquiétude pourtant, côté Sage, où l’on considère que le recours aux ERP pour la RSE devrait se généraliser « Il faut se servir des outils comme l’ERP, notamment, pour pouvoir garantir l’optimisation des ressources. Optimiser les ressources, c’est à la fois éviter les surconsommations, mieux utiliser les matières premières utilisées pendant la production, ménager les équipements, limiter les pannes et les rebuts ; et aussi éviter aux acteurs de toute cette chaîne de valeur des déperditions d’énergie », estime Sabine Ducrot-Ciss. Les perspectives de marché sont d’autant plus porteuses que la réglementation oblige désormais les entreprises de plus de 500 salariés à réaliser un bilan carbone de leur activité. Un seuil qui, pour l’instant, ne concerne qu’à peine 0,1 % des entreprises français mais qui devrait être petit à petit abaissé dans les années à venir. Cette tendance, sous la pression de la Commission européenne, se répand d’ailleurs largement sur le continent.

Spherics, une première étape clé pour Sage

Dans ce contexte porteur, Sage a misé en octobre dernier sur la start-up Spherics, basée à Bristol (Royaume-Uni), qui propose une plateforme SaaS de bilans carbone automatisés. Son principe est simple et permet une analyse des données du logiciel de comptabilité d’un client, en associe les transactions à des critères d’émission de CO2 pour, en bout de chaîne, proposer une estimation des émissions carbone. Des mesures qui peuvent être affinées en prenant en compte, entre autres facteurs, les déplacements des salariés.

Le secteur du bilan carbone automatisé est hautement concurrentiel et compte plusieurs start-up prometteuses dans ses rangs, comme Greenly, Sweep, Sami ou encore D-Carbonize. Un foisonnement d’acteurs qui n’inquiète pas Sage, qui mise sur sa capacité à proposer un produit global, associant l’offre de Spherics à celles déjà existantes en interne. « En combinant le logiciel innovant de Spherics avec le réseau numérique de Sage, nous connectons les entreprises avec les données sur les émissions de leurs clients et fournisseurs, permettant une action climatique vertueuse et collaborative et contribuant ainsi à réduire l’empreinte carbone de chacun », précise Amaya Souarez, EVP Cloud Operations chez Sage.

D’autant que Sage souhaite renforcer sa présence sur le marché de la RSE. Les outils ERP du groupe accompagnent ainsi Erwewa Group, partenaire de la SNCF, pour la réduction de l’empreinte carbone de ses clients, Adelya, un spécialiste de la distribution de produits de nettoyage, d’hygiène et de protection individuelle ou encore le géant de l’agroalimentaire Jupiter, pour garantir la traçabilité de ses produits.

Une position que le groupe souhaite consolider dans les années à venir, comptant sur une nouvelle vague d’obligations légales et la sensibilisation croissante des dirigeants à ces enjeux. Le tout, dans un contexte où clients, collaborateurs et actionnaires sont de plus en plus vigilants face aux objectifs climatiques des entreprises.

Laisser un commentaire

Brèves

Une navette autonome pour Carrefour 

Lundi 5 décembre, Carrefour a dévoilé sur le parvis de l’École polytechnique sa première « drive mobile », un camion ...

Brèves

Les ruptures de stock ne font que commencer

Suite à la guerre en Ukraine, les premières ruptures de stock sont apparues dans les rayons, et selon les professionnels ...